Bienvenue sur le site de L'AHS-SNECMA Nous sommes des anciens salariés de la SNECMA et des filiales aujourd’hui rebaptisées par la privatisation « Groupe SAFRAN ». Tous adhérents de la CGT Métallurgie, en RETRAITE, nous avons voulu prolonger notre activité syndicale en retraçant les grands bouleversements sociaux qui ont marqué la vie sociale des salariés (es) des établissements et des filiales de la SNECMA. Bien souvent ces changement radicaux ont trouvé naissances dans de grandes luttes et manifestations des salariés. Que ce soit pour les salaires, la Retraite , l’amélioration de la convention collective, les conditions de travail, la santé au travail, mais encore dans le domaine économique etc …. de grandes luttes regroupant toutes les catégories de personnel ont permis d’obtenir des résultats considérables en matière d’amélioration des conditions de vie et de travail dans tout le groupe SAFRAN. Garder la mémoire vivante de ces époques est notre challenge. Sur ce site vous trouverez des livres écrits par des anciens militants, notre revue trimestrielle, les compte rendus de différents colloques organisés avec la CGT, l’exposition MAI 1968, ainsi que nos actions à venir !

 

 

On ne construit pas l’avenir d’une Entreprise en éradiquant sa mémoire !

 

 

La Direction du Groupe SAFRAN vient de décider de changer le nom des Sociétés qui constituent le Groupe.

Pourquoi ?

D’un côté, elle fait dire via ses directions opérationnelles qu’il s’agit d’une simple décision technique de faible portée, et donc qui ne porte pas à conséquence : « il n’y a pas de quoi fouetter un chat ».

De l’autre côté, le PDG dit à qui veut l’entendre que   l’énorme succès  de l’industrie  des moteurs aéronautiques  et des équipements date de 2005, c’est-à-dire de la création du Groupe SAFRAN, sur les traces du Groupe SNECMA, privatisé pour la circonstance. Autrement dit, « avant 2005, pas la peine de s’y attarder ».

Nous avons une toute autre vision découlant de la simple analyse des faits :

  • Le Groupe SAFRAN est le résultat d’une succession d’agrégations d’entités industrielles au travers d’opérations capitalistiques qui ont toutes (quasiment) une caractéristique commune : à chaque fois, l’opération s’est effectuée au travers du démantèlement d’une Entreprise, qui avait sa cohérence, de l’absorption d’une    partie  de l’Entreprise, et d’une dévalorisation de la partie non reprise. Et, pour cette dernière, d’une grave  crise sociale ou     / et industrielle dont le nouveau Groupe se désintéresse  totalement. Autrement dit,   l’accroissement de la profitabilité du Groupe SAFRAN s’est accompagné d’un accroissement du coût social d’autres Entreprises ou activités industrielles (voir tableau ci-joint) qui, lui, n’est pas inscrit au passif de SAFRAN.
  • L’Historiographie officielle du Groupe SAFRAN effectuée par la Direction du Groupe et diffusée via ses media est tronquée, des parties entières d’activités sont occultées, seuls apparaissant les évènements qui valorisent les équipes dirigeantes successives du Groupe et mettent en exergue leur politique. A   ce rythme, il ne s’agit plus d’Historiographie mais d’un véritable panégyrique fait d’autocongratulations et d’opérations  de pub.

Nous dénonçons cette vision et cette  conception de l’Histoire et de l’Industrie, qui procède de la « PAGE BLANCHE », et qui ne permet pas de faire comprendre aux nouvelles générations de salariés d’où viennent les compétences et le potentiel industriel dont on leur demande d’écrire la prochaine page d’Histoire.

Les salariés ont besoin de voir et de comprendre quel rôle  ont joué leurs prédécesseurs dans la réalité sociale et industrielle où ils sont immergés.

Outre qu’il est tout  à fait possible que la Direction ait un jour à s’en mordre les doigts pour des raisons strictement  commerciales (on connait la réputation des moteurs SNECMA, des produits Hispano-Suiza, Turbomeca, Aircelle, … leur fiabilité, ces  noms sont déjà en soi une garantie de qualité ancrée dans des décennies d’activités et de travail, ce que   n’a pas le Groupe SAFRAN), la Direction croit sans doute qu’elle pourra 

mieux occulter certains aspects des origines du Groupe qui la gênent tels que :

Les importants subsides publics qui ont servi à construire la profitabilité actuelle, et à atteindre ce niveau de dividendes qu’elle verse à ses actionnaires, parfois même au dépens de l’efficacité  industriel. Les traditions démocratiques qu’ont  su faire vivre les salariés du Groupe SNECMA à l’aide de ses organisations syndicales, mais aussi politiques,

 

Le changement d’optique des Pouvoirs Publics à  l’égard du    Groupe industriel, soucieux dans une certaine mesure) avant 2005 de voir se maintenir une « certaine idée de la France » et de l’intérêt public, obnubilés  après 2005, de voir le niveau de profitabilité atteindre les niveaux exigés par les Marché Financiers, quitte à prendre des risques inconsidérés avec l’outil industriel éclaté aux 4 coins du monde pour des raisons toute autres que le développement des coopérations ou les contraintes des marchés de compensation.

 

Les salariés sont submergés par des mesures antisociales et   antidémocratiques à répétition qui peuvent créer le sentiment de fatalité et de résignation. Les nouvelles générations croulent sous la charge de travail qui les pousse à  remettre  à plus tard la défense de leurs propres intérêts de salariés. La Direction s’inscrit dans un battage idéologique visant à faire accepter « au nom de la modernité » l’intrusion de la  Bourse et de la   Haute  Finance dans la définition des critères permettant de juger de la bonne santé d’un secteur industriel. Le PDG vante carrément le projet de    loi « El Khomry » honni de tous.

 

Nous le disons tout net. La manipulation des esprits peut marcher un temps. Elle n’offre aucune garantie quant à l’avenir d’un secteur industriel, fusse-t-il , de pointe.

 

Les salariés ont donc tout intérêt à ne pas se laisser endormir  par les sirènes du Grand   Patronat dont fait partie la Direction du Groupe SAFRAN et de ses filiales. Le décervelage des salariés du Groupe n’est pas assuré du succès et pourrait même se retourner contre ses auteurs. En tout état de cause, qu’elle compte sur nous pour que nous fassions tout notre possible pour la mettre en échec sur cet objectif.

 

 

Quelques-unes des opérations préfigurant

le Groupe SAFRAN actuel :

 


 

RAPPEL : les salariés de TURBOMECA ont effectué un mouvement de grève

CONTRE

le  changement de nom de leur Entreprise.

 

 



Ajouté le 10/09/2016 par Thierry Sovy - 0 réaction - Privatisation SNECMA/SAFRAN!